Road trip Irlande : jour 8, Galway -> Buren -> Falaises de Moher

Ce matin, averse. Pour la peine, pas de lever de soleil sur la Inagh Valley et je procrastine pas mal ce qui fait que je ne quitte l’hôtel que vers 10h. J’ai pris ma douche à l’eau froide ce matin pour couronner le tout. Une fois à Galway, je trouve de suite une place au Corrib Car Park, idéalement situé. En moins de 100 mètres, je découvre une ville animée avec de nombreux musiciens de rue. C’est étrange de se retrouve soudainement avec cette foule et les jours suivants seront similaire. La majorité des touristes passent leur semaine de vacances entre l’ouest et Dublin.

La cathédrale de Dublin mérite d’y entrer. L’extérieur est plutôt banal bien que différent des styles gothique ou flamands que l’on connait. Cependant à l’intérieur les tonalités de violet des vitraux contemporains donnent une dimension chaleureuse à la pierre.

Arrêt obligatoire à Dunguaire Castle. La visite ne m’intéresse pas particulièrement mais la vue mérite au moins de l’apprécier.

La route jusqu’au Dolmen de Poulnabrone est quant à elle emblématique du Burren. Le Burren est un plateau de roches très fissuré avec peu de végétation. J’arrive pile entre deux cars de touristes Dolmen de Poulnabrone ce qui me permet d’avoir une visite relativement tranquille.

J’avais prévu de faire la randonnée qui mène au sommet du Mullaghmór mais à force d’emprunter des routes de moins en moins praticable en cherchant le début du sentier et ce sous la pluie, je finis par abandonner l’idée.

Cette nuit ce sera camping au Strand Camping de Doonbeg. L’accueil est exceptionnel, un petit bout de camping du bout du monde propre, sympathique, le meilleur que je ferai du séjour. Dès la tente montée je repars au nord à 40 minutes de route pour les falaises de Moher.

Parking : 8€. Je trouve ça assez osé pour visiter un site naturel mais pas le choix. Le sentier est balisé par un muret qui doit faire un mètre trente de haut et assez loin du rebord pour la sécurité des visiteurs mais cela rend difficile à mon sens d’apprécier pleinement la vue. S’ajoute à cela une pluie battante, une lumière désastreuse, je passe un peu à côté de la visite voire de la journée et je suis un peu déçu. J’arrive à avoir un meilleur point de vue néanmoins en ne respectant absolument pas les consignes de sécurité et en enjambant le muret. Ca me rappelle aussi que ça fait bien longtemps que je n’ai pas fait de sport. Je me le permets car avec la pluie la plupart des visiteurs sont partis… sauf mes trois couples de chinois que je vois arriver! C’est de bon cœur qu’on se met à rire de se retrouver de nouveau.

De retour à Doonberg, j’ai bien mérité une pinte de Guinness dans l’un des pubs du village pour revoir les visites du jour suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.